Jeudi 17 avril - Saint Etienne La chèvre  »
Accueil S'informerEvénements

VigilanceVirus Schmallenberg : déclarez les avortements et les malformations

Le virus de Schmallenberg a touché quelques élevages caprins en Europe mais pas encore en France. En cas d’observation d’avortement ou de malformation à la naissance, prévenez rapidement votre vétérinaire sanitaire.

En cas d'avortement, le premier reflexe est d'appeler son vétérinaire sanitaire.

En cas d'avortement, le premier reflexe est d'appeler son vétérinaire sanitaire.
- © D. Hardy

Identifié en novembre en Allemagne et aux Pays-Bas, le virus de Schmallenberg a été confirmé en France dans une cinquantaine d’exploitations ovines de 14 départements au nord d’une ligne Caen-Besançon. Sur les 600 cas européens recensés début février, seul 16 concernaient les caprins (dix en Allemagne, cinq aux Pays-Bas et un en Belgique).

La maladie est transmise par des insectes et le virus n’est a priori pas contagieux d’un animal à l’autre. Cet orthobunyavirus touche les ruminants et n’affecte pas l’homme. De la fièvre, des diarrhées et une chute de production ont été observées en Allemagne sur des vaches en fin d’été, mais aucune observation similaire n’a été rapportée pour le moment sur les petits ruminants . « La maladie peut passer inaperçue chez les adultes et s’exprimer plus tardivement » explique Jaquemine Vialard, la directrice du laboratoire Anses de Niort, spécialisé dans les pathologies caprines. Les principaux symptômes s’observent en effet plusieurs semaines après le passage du virus. On observe alors des malformations congénitales et des mortinatalités.

 
La localisation des cas de Schmallenberg en France au 6 février 2012

La localisation des cas de Schmallenberg en France au 6 février 2012
- © Ministère de l'Agriculture

Les nouveau-nés ou les avortons peuvent présenter des malformations caractéristiques qui portent sur le squelette (déformation de la colonne vertébrale, pattes crochues et bloquées, grosse tête, mâchoire inférieure plus courte,torticolis) ou le système nerveux (absence ou réduction du cerveau). « Il n’y a pas, à l’heure actuelle, de vaccin et beaucoup d’inconnues demeurent. Ce que l’on observe dans les troupeaux est la conséquence du passage du virus en début de gestation » explique Renée de Cremoux, vétérinaire à l’Institut de l’élevage.

En cas d’avortement, il est très vivement recommandé d’isoler la chèvre qui a avorté, de recueillir le placenta et l’avorton dans un sac ou bac étanche, au frais, à l’abri des chiens et des autres animaux et de prévenir son vétérinaire sanitaire. Il est préférable d’utiliser des gants au cours de ces manipulations et de se laver les mains après intervention. Pour rappel, la déclaration des avortements est obligatoire et le déplacement du vétérinaire et la recherche de la brucellose sont pris en charge par l’Etat.

« L’éleveur est au centre du dispositif d’alerte et participe à la vigilance face à cette maladie émergente et encore mal connue » insiste Jaquemine Vialard de l’Anses. En pratique, il est donc important d’alerter son vétérinaire sanitaire en cas d’avortements ou de malformations observées sur les chevreaux. La vigilance de tous est nécessaire et permettra de mieux connaître et donc mieux combattre cette maladie.

Plus d’informations sur le site du Ministère, sur celui de la plateforme nationale de surveillance épidémiologique et sur celui de l'Institut de l'élevage.

 

tous les commentaires Vos réactions

  1. 1

    Le 10 fèvrier : premier élevage caprin touché en France.

    Damien Hardy - le 10 février 2012 à 18:00:40

 
les adresses emails ne sont pas affichées dans les commentaires

Caractères restants - Le HTML n'est PAS accepté

Recopiez le code dans ce champ :
Code de sécurité anti spam charger un nouveau code

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. La chèvre se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

* = obligatoire !
Vous avez aimé cet article et vous désirez le faire connaître ?
Vous pouvez facilement intégrer un lien vers celui-ci sur votre site en copiant ce code : Permalien :

Il est possible d'acheter les anciens numéros de la revue "La chèvre".
Contactez Marylise SABAT du service abonnement :

pour vous assurer de la disponibilité du numéro demandé.
Une fois le numéro réservé, nous attendons une confirmation écrite avec règlement par chèque bancaire de la commande, avant d'envoyer par retour le(s) numéro(s) commandé(s) accompagné(s) d'une facture justificative. Les numéros sont vendus à la valeur faciale, port compris, lors de la parution de chacun d'entre eux.

Cet article vous a plu ?
Retrouvez, tous les 2 mois, toute l'information dans votre revue La chèvre
Ne passez plus à côté de l'info : » Abonnez-vous

Droits de reproduction et de diffusion réservés © Copyright 2014 - Groupe Reussir La chèvre.
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.

 

A VOIR

L'actualité du mois

 

La sélection vidéo

Plus de vidéos

Recherche par mots-clés

Les articles les plus...

Les derniers commentaires

 
 
 
 
 
 
 

À la une dans les régions

Plus d'articles en région